Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Atoutecrire

80 questions pour échanger en entretien d’embauche

Recruteur débutant, voire inexpérimenté, ou chercheur d’emploi, le livre « Recruteurs : 80 questions pour réussir vos entretiens » s’adresse à vous. Il vous donne les clés pour développer un dialogue serein, constructif, et profitable en entretien d'embauche.
 

couverture live recruteurs 80 questions pour réussir vos entretiens



Les coauteures Christel de Foucault et Hélène Ly ont développé de façon logique, pédagogique et ludique plus de 80 questions dans ce livre, afin de réconcilier recruteur et candidat dans l’objectif de positionner le bon candidat sur le bon poste, tout en menant un échange bienveillant.

Je me suis retrouvée dans la position de la « recruteuse inexpérimentée ».


Lorsque je parle, dans cet article, de recruteur inexpérimenté, j’évoque un professionnel dont les missions sont bien loin du recrutement, sans formation pour tenir ce rôle et sans même une quelconque méthodologie transmise en interne.

J’ai donc été propulsée il y a quelques années, sans quoi que ce soit à l’écrit s’apparentant à un guide, devant des candidats en entretien.

Je n’étais heureusement pas la meneuse, cependant mon employeur qui lui l’était, n’était clairement pas non plus apte sur le sujet. Ce n’est pas parce que l’on sait poser des questions que l’on sait mener un entretien d’embauche…

Cependant, face à moi, dans cette petite salle, les candidats ignorent cela. Des personnes qui, d’un coup, me donnent plus « de responsabilités » que je n’en ai en réalité.

J’ai beau avoir une poignée de main franche, un sourire honnête, être assise en face d’eux avec leur CV en main, je sais que mon employeur, quant à lui, a survolé ce document cinq minutes avant la rencontre.

Les entretiens débutent toujours avec les mêmes questions bateau qui n’apprennent rien sur la personne en face de nous, vous savez les fameuses "qualités/défauts, pourquoi vous et pas un autre ? ", je vous passe les autres joyeusetés.

Au fond de moi, je hais ces questions posées comme telles. Elles sont courues d’avance et travaillées par les candidats pour satisfaire le recruteur. Mais où est l’authenticité derrière ? 

J’ai parfois assisté, à mon plus grand regret, à des questions hors-cadre et pour lesquelles les candidats tentaient vainement de s’extirper.
Résultats ? De la gêne de part et d’autre et des silences… Pas ceux qui sont nécessaires à la réflexion, non ceux qui rendent inconfortables parce que ni d’un côté ni de l’autre, on ne sait comment rebondir.

Je fais face à des personnes aux réponses robotisées ou avec une assurance frisant le narcissisme (plus rare). Des mains qui tremblent, des regards perdus dans le vide, des yeux qui s’écarquillent, des bafouilles, une voix qui chevrote. Il m’a fallu le vivre plus d’une fois pour me rendre compte de l’impact émotionnel de ces situations où les candidats se sentent clairement « examinés ». 

En vérité, le recruteur débutant qui se trouve dans une situation similaire n’a pas le choix de faire bon gré mal gré pour mener un entretien. La problématique, c’est trouver le bon collaborateur pour le poste, mais ne pas savoir le chemin à prendre, ne pas connaître les questions qui apporteraient des réponses pertinentes et permettraient de créer une atmosphère propice à « l’échange ».

L’exemple que je viens de raconter n’est pas anodin. Il y a fort à parier qu’il touche beaucoup de professionnels qui tiennent de temps à autre ce rôle. J'évoque d'ailleurs ce sujet avec Hélène Ly dans mon prochain article.

À vous, je dis : attention aux sentiments cachés derrière les sourires de politesse de votre interlocuteur.

 

Je me suis retrouvée dans la position de la candidate aux yeux ébahis.

 

Comme l’exprime Christel de Foucault lors de son intervention à la conférence TED’X en juin 2018, que je vous invite à écouter, tout un chacun est concerné par la recherche d’emploi. Que ce soit présentement ou demain, il n’y a aujourd’hui aucune assurance de conserver son travail.

Par ailleurs, croire que, le fait d'être compétent et expérimenté dans votre métier vous permettra de retrouver facilement un poste, est une erreur. 


En recherche d’emploi, j’ai moi-même été confrontée à des questions douteuses, lors d’entretiens d’embauche. En tant que femme, sous la trentaine à l’époque, j’ai eu à répondre à :

- Je sais que je n’ai pas le droit de vous la poser, mais bon… Avez-vous l’intention d’être enceinte prochainement, l’année prochaine peut-être ? 

Cette question faisait d’ailleurs suite à une rapide enquête sur mon compagnon, depuis quand j’étais avec et ce qu’il faisait dans la vie… Dire que cela faisait 8 ans que je suis stable avec la même personne a dû paraître inquiétant pour cet employeur.

Cette question est totalement stupide ! Elle est hors-cadre, elle met mal à l’aise en tant que candidate, elle est discriminante, elle remet en question l’éthique de l’employeur et la « confiance » dans l’échange. Enfin, serai-je moi aussi assez bête pour me tirer une balle dans le pied ?

Néanmoins, au fond de moi, j’ai conscience de la raison de cette crainte réelle de l’employeur. Il s’agit d’une petite entreprise et chaque absence prolongée à un poste a des répercussions importantes. En avoir conscience n’excuse pas, mais mettre en contexte me permet de prendre alors à l’époque du recul, de ne pas m’énerver et d’aller vers ce qui le rassure.

Une seconde pour le plaisir :

- Ce n’est pas trop difficile à assumer votre prénom, Lolita, en raison de sa connotation, comment dire… Je ne vais pas vous faire de dessin.

De souvenir, j’ai ri à cette question en renvoyant l’ascenseur et en demandant si mon prénom posait un problème au recruteur. 
 

Je vous invite à observer de plus près ces deux interrogations… Toutes deux sont des questions fermées. Elles sont posées de façon à ce que ma réponse soit affirmative ou négative, elle n’ouvre pas à un échange constructif. 
 

Les questions et réponses pertinentes en entretien d’embauche, par Christel de Foucault et Hélène Ly


J’ai choisi de reprendre les deux questions citées en exemple lorsque j’ai été mise en position de recruteuse.
 

  • Quelles sont vos qualités ? Vos défauts ?
  • Pourquoi vous et pas un autre ?


Ces deux questions de prime abord sont totalement subjectives. 

Elles expriment chez le recruteur un besoin d’en savoir plus sur la personnalité du candidat. Ce que l’on peut aisément comprendre, c’est vrai, à compétences égales avec une autre personne, il faut bien des éléments qui feront pencher la balance.

Certes, il existe des recruteurs avec de mauvaises intentions, mais pour la plupart, c’est souvent le manque de formation et d’informations qui amène à poser des questions déroutantes. C’est d’ailleurs à l’expression du candidat ou bien avec sa réponse que le recruteur d’un jour va en prendre conscience. Malheureusement, le mal est fait…

Les questions évoquées et posées comme telles, ne fonctionnent pas et pire encore elles amènent à un ressenti désastreux du candidat dans la suite de l’échange.

J’ai donc cherché dans le livre d’Hélène Ly et Christel de Foucault la manière dont elles abordent ces éléments.

 

Quelles sont vos qualités ? Vos défauts ?


Pourquoi poser cette question ?

Le recruteur cherche à connaître les points forts et les faiblesses de la personnalité du candidat. Avec une telle question, il risque de se retrouver avec une énumération commune et rien d’autre, à savoir ce qui l’intéresse réellement, le pourquoi.


J’ai donc rapproché cette question avec la #48 et ses variantes :
 

  • Si j’appelais votre ancien employeur, que dirait-il de vous ?
  • Comment votre ancien manager vous décrirait-il ?
  • Si vous étiez votre ancien manager, que diriez-vous de vous ?


Extrait du livre :

« C’est une manière détournée et plus intéressante de l’interroger, parce qu’il devra prendre du recul et avoir la capacité de se mettre à la place de l’autre »

En tant que chercheur d’emploi, vous vous demandez peut-être comment répondre à ce genre de question ?

Voici ce qu’en disent les auteures :

  • Soyez confiant si le candidat prend du recul et parle aussi facilement des points positifs que des points à améliorer.
  • Donne des exemples pour illustrer ses propos.

 

Pourquoi vous et pas un autre ?


Pourquoi poser cette question ?

Le recruteur ici cherche  à savoir comment le candidat se positionne et se démarque des « concurrents ». 
Posée ainsi, il est difficile pour un candidat d’y répondre. En effet, il n’a pas en main les candidatures des autres postulants, il ne sait pas même qui ils sont.

Comment se mettre en valeur lorsque le recruteur pose un schéma comparatif et compétitif, mais que le candidat ne dispose de rien pour y réfléchir ?


J’ai donc rapproché cette question avec la #41 et ses variantes :
 

  • Que pensez-vous pouvoir apporter à notre entreprise ?
  • Selon vous, quelles sont vos compétences qui vont le plus nous intéresser ?
  • Quel est le petit plus chez vous qui fera la différence ?

 

Remarquez comme la formalisation est positive et constructive.


Comme écrit dans le livre, ces questions permettent de déterminer :
 

  • S’il (le candidat) a bien compris les besoins et les enjeux du poste. /…/
  • S’il connaît suffisamment bien son parcours et ses qualités pour faire un lien concret entre ce qu’il peut apporter et ce que l’entreprise attend.

En tant que chercheur d’emploi, vous vous demandez peut-être comment répondre à ce genre de question ?
 

Voici ce qu’en disent les auteures :

Soyez confiant si le candidat :

  • Reprend les compétences principales de votre offre et y fait correspondre les siennes en donnant des exemples.
  • Sait trouver le petit truc en plus qui pourrait faire la différence sur le poste ou dans l’équipe qu’il pourrait rejoindre.

 

Ce que l’on peut retenir de ces deux exemples, ce sont les attentes portées non pas sur la réponse en elle-même, mais sur le développement.

Cet angle d’approche est bien plus objectif et concret. Quant au chercheur d’emploi, cela nécessite d’avoir travaillé en amont sur lui et son parcours. La prise de recul est un élément essentiel dans la recherche d’emploi.

C’est d’ailleurs un sujet important de mon échange avec Christel de Foucault, à lire dans le prochain article.

 

Les questions trop souvent oubliées en entretien !


Une partie du livre aborde la période de chômage. 

Enfin, des questions qui ne nient pas cette réalité !
Enfin, des questions qui mettent en valeur cette pause professionnelle, qui prend en compte la personne même si elle n’est pas « productive » pour une entreprise. 

Trop souvent, les chercheurs d’emploi sont écartés du système, comme si être au chômage était un gros mot, comme si cela signifiait de ne pas être utile à la société, comme s’il n’y avait rien d’intéressant à dire.

Merci d’y donner l’importance méritée, en proposant des questions comme « qu’avez-vous fait pendant cette période sans emploi, quel bilan faites-vous de l’année écoulée, que trouvez-vous difficile dans votre recherche d’emploi…  » tout en expliquant pourquoi ces questions sont nécessaires dans l’échange avec le candidat et ce que peut gagner chacun à évoquer le sujet. 

 

Les points forts du livre


Ce livre est né d'un besoin évident : celui de réconcilier les chercheurs d'emploi et recruteurs, de comprendre l’objectif de chaque question et pour quelles raisons mettre à profit un questionnement plus qu'un autre.

Hélène Ly et Christel de Foucault mettent en valeur un questionnement bienveillant (dans le sens réel du terme), avec pour finalité un échange gagnant-gagnant.

 

La conception : 


Un schéma identique pour chacune des 80 questions :

  • Pourquoi poser cette question ? Les bénéfices à tirer de la question
  • Comment réagir ?Comment recadrer sur le sujet lorsque le candidat dévie, les éléments de vigilance et de confiance sur les réponses des candidats
  • C’est du vécuExemples parfois très drôles sur les réponses données par des candidats.
  • Pourquoi ne pas tester aussi La même question posée différemment.

Les questions sont découpées en grandes thématiques, faciles à identifier et à retrouver dans le livre.

 

La rédaction : 

  • Un vocabulaire simple, adapté et compréhensible
  • Le propos est fluide, agréable à lire, avec des touches d’humour. 
  • Les questions ouvertes et concrètes appellent au dialogue

Les auteures amènent le chercheur d’emploi et le recruteur dans une relation saine et authentique.

La volonté sous-jacente est également de démontrer que juger une personne sur ses choix et interpréter un parcours de vie sans reconnaissance du contexte ne peuvent rien apporter de bon à une collaboration future. 

 

Ce que j’ai également apprécié :


La prise en compte et le rappel (évident ?) que le relationnel d’un entretien devrait naturellement se mettre en place en amont de celui-ci.

Accueillir le candidat ne nécessite normalement pas de compétences, mais du savoir-être. C’est d’ailleurs souvent pointé du doigt. Il n’y a en effet que dans les films où une action commence sans que les interlocuteurs se soient salués.

Proposer un café ou de l’eau, demander si la personne a trouvé facilement son chemin ne sont pas des « leurres », mais une façon de briser la glace et peut-être tout simplement du savoir-vivre.

Il en va de même pour le candidat qui perd toute spontanéité en cherchant le « piège » qui se cache derrière une attitude et reste alors sur ses gardes.


Un outil de travail pour :

 

  • Le recruteur en herbe, voire expérimenté qui a besoin d’une piqûre de rappel : c’est un véritable guide pour mener des entretiens d'embauche efficaces. Il vous fera également prendre conscience de l’impact émotionnel des questions sur le candidat.
     
  • Le chercheur d’emploi pour préparer en amont vos entretiens. Par la qualité et la complétude des informations transmises sur chaque question, vous avez la possibilité de prendre du recul sur vous, vos expériences et ce qui vous motive.
    Prenez une feuille et un stylo, parce que vous allez y passer un peu de temps !

    Par contre, une certitude : vous gagnerez en assurance et en confiance en vous. La finalité n’est pas de retenir les meilleures réponses, mais vous permettre de travailler sur votre approche des missions proposées, du métier visé, en relation avec votre personnalité et le chemin professionnel parcouru. Pour gagner en assurance, vous devez savoir exprimer ce qui motive vos décisions.

     

Candidat et recruteur, inspirez et expirez, vous avez un être humain en face de vous !
 

C’est maintenant à vous de voir si vous préférez des questions et des réponses bateau ou si vous souhaitez passer sous la surface et aller plus profondément dans des échanges qui vous intéressent réellement au bénéfice évident de chacun.

 

----

 

Vous êtes arrivé au terme de cet article, même si vous avez lu en diagonale. Félicitations, vraiment, tous n’ont pas réussi au vu de sa longueur smiley

Si le jeu vous intéresse, je vous propose d’apporter votre pierre à l’édifice des entretiens d'embauche réussis en partageant une expérience dans laquelle vous avez été à l’aise et en confiance.

Allez, pour une fois partageons ce que font les bons recruteurs, les personnes compétentes dans leur métier et qui ne sont jamais mis en valeur !

 

Recruteurs : 80 questions pour réussir vos entretiens - Éditions Eyrolles - Disponible en ligne ou en librairie. 

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Finoana 07/01/2020 09:11

Merci pour ce partage.