Censure du vote blanc en France ?

Publié le par Lolita

vote blancLe vote blanc "consiste pour un électeur à déposer dans l'urne un bulletin vierge dépourvu de tout nom de candidat et de toute autre annotation ». Il est important de savoir que glisser une enveloppe vide dans l’urne n’est pas synonyme de vote blanc.  

Historiquement, le vote blanc est apparu au cours de la période révolutionnaire (1789-1799), quelques années plus tard le bulletin blanc est « retranché des votes émis », enfin en 1850 se pose la question de sa reconnaissance. Par décret impérial en 1852, il est alors décidé que « les bulletins blancs, ceux ne contenant pas une désignation suffisante, ou dans lesquels les votants se font connaître, n’entrent point en compte dans le résultat du dépouillement, mais ils sont annexés au procès-verbal ». 

 

Comment peut-on interpréter le vote blanc ?

 

Le vote blanc indique que l’électeur à la volonté de se démarquer,  de faire son devoir de citoyen et de participer au débat politique,  mais qu’il marque de façon significative son refus des choix qui lui sont imposés. Il exprime clairement un troisième choix démocratique, celui de dire que ce qu’on lui propose ne correspond pas à sa volonté et qu’il ne votera pas pour un candidat par défaut. L’électeur peut vouloir également montrer son hostilité à la politique ou à un manque d’information sur les programmes. Les explications peuvent être diverses mais quoiqu’il en soit le vote blanc est un refus certain.

 

Pourquoi dans une démocratie, ne sont pas écoutés ceux qui disent non ?

Que deviennent les valeurs de l’égalité des personnes et de la liberté de s’exprimer ?

 Pourquoi faire croire aux électeurs qu’ils ont la possibilité de ne pas choisir, alors que ce droit est finalement bafoué ?

Pourquoi cette liberté de choix ne se fait-elle pas dans les salles de scrutin, où sont les bulletins vierges ? 

 

De quelle façon le vote blanc est-il comptabilisé  en France ?


Ces bulletins sont comptabilisés mais n’entrent pas dans les suffrages exprimés. Pour quelles raisons ? 

L’article le plus récent  (L. 66), appartenant au code électoral actuel, réserve au bulletin blanc le même sort que le bulletin nul et n'est donc pas comptabilisé. Pour rappel un bulletin dit nul est un bulletin qui ne répond pas aux critères de validité (bulletin froissé, gribouillé… volontairement ou non). Quoiqu’il en soit le bulletin nul, indique une erreur de manipulation, une incompréhension du système de vote… Il s’agit d’un électeur qui ne s’exprime pas car il s’est trompé et son bulletin n’est pas valide. Le vote blanc, lui, rentre dans les critères de validité. Pour aller un peu plus loin , le vote blanc est l’équivalent d’un vote nul et ils rejoignent tous deux le pourcentage des voix abstentionnistes. En résumé, un électeur qui montre sa désapprobation au futur pouvoir en place n’est donc pas pris en compte, il est ignoré voire méprisé par des critiques parfois de non-citoyenneté… 

 

 

 

Et si le vote blanc devenait un parti à part entière et qu’il était représenté par un candidat ?  

 

 

La question posée ainsi semble un peu étrange et pourtant… Si le vote blanc était un candidat, alors dans chaque salle de scrutin, chacun pourrait faire le choix ou non de prendre le bulletin de ce parti, son résultat apparaîtrait dans les pourcentages et serait en concurrence avec les autres candidats, son programme serait toujours le même simple et concret, allant à l’encontre des autres  et sans compromis possible. Finalement si demain le vote blanc était comptabilisé, respectant ces électeurs se déplaçant aux urnes  ne refusant pas leur devoir mais ce qui leur est proposé, alors les résultats seraient sans doute moins faussés. 

 

 

Et si le vote blanc était majoritaire lors de présidentielles ?


Si ces votes devenaient majoritaires ou du moins assez édifiants pour remettre en cause les candidats et programmes, quelles solutions seraient envisagées : l’invalidation du scrutin ? L’organisation de nouvelles élections ? De nouveaux programmes voire un changement de candidats ? Quel serait le coût financier ?  


*******


Quoiqu’il en soit le chemin a été et reste encore long pour faire accepter la comptabilisation de ces bulletins. Les voix s’élèvent de plus en plus, des propositions de projets de loi se font nombreuses sur la toile et certains candidats cette année en font même mention dans leur programme. Pourtant les années passent sans que cette décision soit prise.

Á mon sens, la vraie question reste celle-ci : pourquoi tant de résistance à vouloir comptabiliser ces votes blancs au même titre que le choix d’un candidat ?

 

Cliquez sur le lien http://www.vote-blanc.org , si vous souhaitez approfondir votre réflexion ou agir avec le site de l’Association pour la reconnaissance du vote blanc.

Publié dans Infos du web

Commenter cet article

Yann Blanc 29/04/2012 19:03

Bonjour, désolé pour le ton un peu cassant, oui, il faut faire la part des choses entre le blogueur et le journaliste. Je vous présente des excuses.
Le parti du vote blanc a pourtant été assez médiatisé, vous pouvez trouver les articles concernant le vote blanc et le mouvement sur la page : http://www.scoop.it/t/le-vote-blanc

Lolita 30/04/2012 10:56



Merci,


Lien en effet très intéressant !



Yann Blanc 27/04/2012 19:27

Bonjour,
vous dites qu'il faudrait un parti du vote blanc. Celui-ci existe et est très présent en ligne...
Pour du journalisme, c'est du journalisme...
Yann Blanc.

Lolita 27/04/2012 21:33



Bonjour, 


Tout d'abord je tiens à vous remercier pour votre commentaire. Ensuite je voudrais  faire le rappel que je ne suis pas journaliste professionnelle et que je tiens ce blog par plaisir.
Je ne prétends pas traiter tous les aspects d'un sujet précis mais permet sans doute aux lecteurs de se poser des questions, de lancer un débat, de donner leurs avis.


Quoi qu'il en soit, vous avez raison il existe un parti et je me suis basé d'ailleurs, entre autres, sur le site http://www.parti-du-vote-blanc.fr (que j'ai trouvé très intéressant) pour écrire. Peut-être aurais-je pu être plus précise sur ce
parti que je n'ai en effet pas mentionné. Cependant comme vous le dites  ce parti est "très" présent... sur le net mais peu dans l'esprit des gens.


J'invite donc les lecteurs de mon article à se rendre sur le site s'il souhaite en savoir plus. Je tiens enfin à ajouter que même si votre commentaire est... comment dire...
"sympathiquement" tendancieux, je reste une personne assez ouverte pour dire que tout commentaire est bon à prendre à partir du moment où il apporte une information ou des avis intéressants et
faisant avancer le débat.